Suivre Marie-Mai

http://www.marie-mai.ca

 

   

Vers Biographie - /Bio2 - /Bio3 - /Bio4 - /Bio5 - /Bio6 - /Bio7


« J’ai toujours su que je voulais devenir chanteuse, la musique a tout le temps été là » dit Marie-Mai.« Je pouvais être seule dans ma chambre et penser à être sur une scène et chanter devant des milliers de personnes. J’ouvrais toujours un p’tit peu la porte et je laissais toujours la fenêtre un peu ouverte parce que je me disais, je vais chanter ben fort, comme ça, si je chante assez fort, peut-être qu’il va y avoir quelqu’un qui va m’entendre et qui viendra me chercher. Ça fait que je chantais, et de temps en temps, j’allais voir par la fenêtre s’il y avait quelqu’un qui m’entendait. »

Peu motivée à l'école secondaire, Marie-Mai trouvera son véritable intérêt à la fin de ses études, lors d’un spectacle de fin d’année auquel elle participe. C'est à l'école DeMortagne de Boucherville que Marie-Mai montera sur scène pour une toute première fois dans la comédie musicale Rock 'n' Nun (retour au couvent) «C’est, dit-elle, ce qui ma donné le goût de chanter vraiment.»

C’est à la suite de ce spectacle qu’elle décide de foncer, de se prendre en main et de se consacrer sérieusement à ce qu’elle aime le plus au monde.

Afin de s’assurer d’une bonne base et d’acquérir de la prestance, Marie-Mai s’inscrit dans une école où elle apprendra le chant, le théâtre, la comédie musicale et la danse. Elle suivra ses cours à raison de trois fois semaine et le reste de la semaine elle travaillera chez sa professeure de chant, Johanne Raby. Marie-Mai en profitera parfois pour lui faire entendre ses chansons et lui demander son avis sur les pièces qu’elle aimerait faire en spectacle. Une formation dont elle tire pleinement profit dans le spectacle -Passion Intense-, présenté au Théâtre National en 2001, ainsi que dans un hommage à Gilbert Bécaud la même année au Lion d'Or où elle interprétera "La Maison Sous les Arbres" entre autres.
Marie-Mai dit devoir beaucoup à sa professeure de chant.

 





   








////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////